Une prison sans limites. Porosité ou extension ?

Ce matin, j’intervenais au séminaire du GERN  « Architecture carcérale contemporaine : matérialités, utopies, prospectives », au cours de la journée intitulée « L’utopie pénitentiaire et les modèles carcéraux ».

J’y abordais la question de la légitimation de la prison par la porosité de ses frontières.

Vous pouvez en trouver l’enregistrement ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *